Collabo-song

collabo-song-1Résumé : Qui est Laure Santenac? Une victime, une femme du monde trop légère ou une meurtrière, pire, une délatrice qui aurait vendu des innocents à la Gestapo? Alors même si c’est bien loin tout ça, un fait est certain : Laure Santenac a disparu au printemps 1943. Quel fut son véritable destin?
Grand prix de la littérature policière 1983.

Auteur : Jean Mazarin

Mon avis :

Tout d’abord je remercie French Pulp Edition pour l’envoi de ce livre en format ebook.

Ce roman se lit très vite. Il ne fait qu’une centaine de pages, et on veut tellement en savoir plus, découvrir qui est vraiment Laure Santenac, qu’il se lit d’une traite.

Laure Santenac est une parisienne qui vit dans la France occupée par les Allemands durant la seconde Guerre Mondiale. Cette époque ne manque jamais d’attirer ma curiosité dans les livres. Elle regorge de héros et de anti-héros, de personnages ignobles et haïssables, d’actes répréhensibles, de petits gestes héroïques… On y découvre les destins tragiques de ceux qui s’en furent au front, eux qui firent partie de la résistance…

Mais dans ce livre, rien de tout ça. On découvre le Paris loin du front, mais aussi loin de la résistance. On voit Paris du côté de ceux qui côtoient plus ou moins contre leur gré, ceux qui seront les perdants de cette guerre. 

On suit Laure Santenac. Elle n’est pas un héro. Elle n’a pas l’âme d’une héroïne, ni la volonté de se battre. Ce qu’il se passe autour d’elle elle ne le comprend pas vraiment. LA guerre pour elle elle est loin. Elle en voit les conséquences dans le rationnement, dans la présence des allemands, mais elle trouve tout de même le concept de guerre lointain. Elle ne s’intéresse pas à ce qui se passe de par le monde, seulement intéressée par ce qu’il se passe dans a petite vie.

Cette parisienne mondaine n’a pas mauvais fond. Tout ce qu’elle veut c’est la liberté, elle veut fuir ce mari qui la trompe ouvertement et l’empêche d’être heureuse. Elle ne veut que pouvoir vivre sa vie.

Elle n’est pas révolutionnaire, elle n’est pas antisémite. Elle n’est rien. Juste une femme durant l’occupation allemande, tentant naïvement de conserver sa liberté.

On ne s’attache pas vraiment à elle, mais on comprend un peu comment elle en arrive là où elle en est dans le prologue et à la fin du récit. Cela n’excuse en rien ce qu’elle fait. Mais au final, plongée dans ce monde qu’elle ne comprend pas, où chaque action a des conséquences qu’elle n’est pas capable d’anticiper, on finit par se dire « ok, je comprends comment elle en est arrivée là. Tout le monde n’est pas un héro pendant la guerre. » En effet tout le mode n’est pas bon ou mauvais. Il y a aussi ceux qui se laissent porter sans vraiment rien demander, sans réfléchir, et dont les actions ont parfois bien plus de conséquences qu’ils ne le devineront jamais.

Il m’a été difficile par moments de ne pas juger cette femme. Je ne me suis pas attachée à elle, surtout que l’on ne fait qu’effleurer ses émotions et ses sentiments donc on ne peut pas complètement compatir. Par contre plus j’avançais dans l’histoire, et plus j’étais curieuse d’en savoir plus sur elle, sur ses prochaines actions, de découvrir enfin ce qu’il advient d’elle au printemps 1943 lorsqu’elle disparaît.

L’intrigue est vraiment prenante et nous entraîne avec elle dans un aperçu peu glorieux de Paris sous l’occupation. Elle apporte un point de vue plutôt inhabituel. Et si le personnage principal n’est pas attachant, on ne parvient tout de même pas à complètement la condamner. On lui souhaite tout de même une chance de s’en sortir jusqu’au bout… Et la dernière phrase du roman à ce sujet est pour le moins déroutante!

En bref : Un point de vue de la seconde guerre mondiale inhabituel avec un personnage principal qui n’a rien d’une héroïne, ni de la grande méchante de l’histoire. Juste une femme lambda qui voudrait être libre.

Bonne lecture!

Xoxo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s