La quatrième fée

la-quatrieme-fee-796546Résumé : Une légende vietnamienne raconte l’histoire de trois fées.
La première veille sur l’embryon, le fœtus et la mère pour leur donner force et vigueur pendant la grossesse.
La deuxième fée s’occupe de la naissance pour que la mère soit libérée rapidement et que l’enfant vienne au monde en bonne santé.
La troisième apparaît quand vient l’heure de mourir : elle nous aide à passer la porte vers ce monde que l’on dit meilleur, à nous donner le courage et à nous apaiser.
Qu’arriverait-il si, par un rendez-vous insoupçonné, une quatrième fée venait faire trébucher cette dernière ?

Auteur : Brigitte Guilbau

Mon avis :

Tout d’abord je remercie NetGalley et Lily’s editions pour m’avoir fait découvrir ce livre.

     Les premiers chapitres nous présentent Chelsea, une jeune fille pleine de vie et de fortes convictions, libre et heureuse. Puis un tragique accident survient et tout s’arrête. Chelsea tombe dans le coma, les médecins disent qu’elle ne se réveillera plus jamais, elle n’est plus là.

     La quatrième fée n’est pas l’histoire de cette jeune femme pleine de fougue qui se retrouve amorphe dans un lit d’hôpital. C’est l’histoire de ceux qu’elle laisse derrière, ceux qui entourent son lit d’hôpital, dans l’angoisse, la douleur et la responsabilité d’une décision impossible. Laisser partir sa fille est une épreuve dont une mère ne se remet pas.

      On assiste au fil des pages aux conversations d’une mère avec sa fille qui ne l’entend plus, à ses souvenirs qui défilent, à des décisions qui s’imposent à elle mais qu’elle ne peut affronter.

     Cette mère qui a élevé sa fille seule, dans des valeurs féministes se remémore la conception de sa fille, celle qu’elle était avant, les raisons de ses choix, la manière dont elle a éduqué sa fille et celle que celle-ci en est devenu avant l’accident. 

      Puis au détour d’un couloir, une rencontre inattendue, une coïncidence bien trop grosse pour que le destin n’y soit pas mêlé, un coup de pouce dans une direction ou une autre.

     Le féminisme, les attentes de la société, la mort, le deuil, la perte d’un enfant, la vulnérabilité des cœurs, l’importance de vivre sa vie pleinement afin de mourir vivant, l’égoïsme dans l’amour… Autant de thèmes abordés, de manière naturelle, sans jugement, juste une réflexion, des points de vue, des idées; sur fond d’ambiance d’hôpital, mais où l’espoir demeure.

En bref : Une tragédie pleine d’espoir et de réflexion qui nous rappelle de ne pas oublier d’être vivant.

Extraits :

En fait, pour reconnaître qu’on est fragile, il faut être fort.

Elle lui avait dit que nos existences sont comptées et que de toute façon personne n’en sort vivant.

Ne devrait-on pas avoir le choix de la vie qu’on souhaite? Veux-tu dire qu’on ne s’appartient pas?

Marcher à contre-sens avant d’être à genoux.

Bonne lecture!

Xoxo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s