La Guilde des Merlins

Tome 1, Le Magicien

la-guilde-des-merlins

Résumé : Arthur Sullivan, collégien vivant à Nantes, partage sa vie entre sa passion pour la magie et ses amis.
Jusqu’au jour où sa mère est hospitalisée à Londres, le laissant aux mains de sa grand-mère anglaise, richissime éditrice qu’il n’avait jamais vue.
Arthur découvre alors un univers où se manifestent des créatures étranges, et où les contes pour enfants semblent avoir… une extraordinaire importance.

Auteur : Cendrine Nougué

Mon avis :

       Tout d’abord, ce livre m’a attirée par sa très belle couverture, ensuite par le sujet : Merlin, une magicien, des contes pour enfants et des créatures étranges? Parfait!

       Le Magicien est livre relativement court (179 pages) qui se lit très vite, d’une traite pour ma part. J’ai été plongée dans l’histoire, et avant de réaliser ce qu’il s’était passé, je tournais la dernière page. Un livre court, pour qui a l’habitude d’enchaîner des briques de 400 pages minimum, on s’attend à ce qu’il n’y ait pas le temps de se passer grand chose, que ce premier tome soit tout juste une introduction.

la-guilde-des-merlins2         Faux! Beaucoup est apporté dans un si petit volume, c’est inattendu. On rentre très vite dans l’action, le récit suit un très bon rythme. Des éléments de questionnement et de réponse sont apportés tout au long du livre, alternant le fait d’attiser notre curiosité et de la rassasier, parfois même les deux en même temps. De nombreuses réponses sont apportées, beaucoup d’un coup, mais il reste encore beaucoup de questions sans réponses, ou de choses qui ont été passées sous silence. Cela donne l’envie d’avoir la suite entre les mains au plus vite, pour savoir à quoi ces petits indices dont est jonchés le livre vont bien pouvoir servir, pour comprendre à la fois le passé, mais aussi l’avenir qui s’ouvre à Arthur et ses compagnons.

       Les personnages sont bien vite attachants. S’ils ne sont pas développés à fond, on les voit à travers le regard d’un enfant de 13 ans dont tous les repères viennent d’être bouleversés, et on ne peut que les apprécier et vouloir les connaître mieux, savoir leurs secrets que l’on devine exister, leur histoire qui promet d’être riche.

        De même Arthur est à la jonction de l’enfance et de l’adolescence, et j’ai trouvé ses actions et réactions tout à fait plausibles. Il ne devient pas exceptionnel d’un coup, il ne grandit pas soudainement face aux événements. Certes il s’adapte, ce que l’âge veut aussi, mais de manière parfaitement logique et cohérente.

        Le thème récurrent de ce premier tome, c’est l’imagination et sa place dans la vie des hommes, avec une reprise très originale des différents mythes liés aux muses, entre autres, et des aperçus de différentes époques qui ajoutent à la profondeur du mythe et du récit.

       Autant dire que j’ai passé un merveilleux moment, dans un univers enchanté, dans lequel je n’ai qu’une impatience : me replonger pour connaitre la suite de l’histoire d’Arthur Sullivan.

Un tout petit bémol tout de même dans ma lecture : j’ai relevé quand même pas mal de coquilles (fautes de frappes notamment avec des mots manquants ou des moitiés de mots) qui m’ont un peu dérangées sur le coup (étant une grammaire&orthographe addict selon mon entourage…).

Mais ces petits « soucis techniques » ont été vite oubliés, le récit et la magie reprenant vite le dessus.

En bref : Une lecture qui permet de s’évader et donne envie d’en savoir plus sur cet univers original où l’imagination est reine.

Extraits :

« – Archibald… ma mère… je n’ai qu’elle, et je ne vous connais pas, ni vous ni ma grand-mère, dit-il la gorge nouée.
– Je sais, my boy.
Le vieil homme lui tapota doucement le bras.
– Il est grand temps de faire connaissance à présent. »

« La Tamise brillait sous les pâles reflets de la lune qui peinait à éclairer le ciel nocturne. Longeant la Highway qu’ils avaient empruntée depuis l’aéroport de l’Est londonien, le fleuve semblait accompagner les voyageurs, invitant Arthur à entrer dans la cité mythique. »

« Arthur restait dubitatif, bien joli le conte, mais il ne suffisait pas à tout expliquer. »

« Mais Arthur était déjà devant la porte et ne l’écoutait plus. A la seule mention du mot magie il avait filé, trop content d’échapper à cette étrange boutique. Le livre de Peter Pan au fond de sa poche semblait vibrer d’excitation, transmettant son impatience au garçon.
Neverland… un nom plein de promesses. »

Bonne lecture!

Xoxo

Publicités

2 commentaires sur « La Guilde des Merlins »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s