Sur le bord de la rivière Piedra je me suis assise et j’ai pleuré

sur-le-bord-de-la-riviere-piedra-je-me-suis-assise-et-j-ai-pleure-850

Résumé : Pilar et son compagnon se retrouvent après onze années de séparation. Elle, une femme à qui la vie a appris à être forte et à ne pas se laisser déborder par ses sentiments. Lui, un homme qui possède le don de guérir les autres et cherche dans la religion une solution à ses conflits intérieurs. tous deux sont unis par le désir de changer et de poursuivre leur rêves. Ils décident alors de se rendre dans un petit village des Pyrénées, pour découvrir leur vérité intime.

Auteur : Paulo Coelho

Mon avis : Il s’agit là de mon quatrième roman de cet auteur. Chacun de ses livres me touche particulièrement. J’en ressors grandie. Et plus sûre de moi, je me sens plus en phase avec moi-même, moi qui me sens si souvent décalée dans le monde qui m’entoure. Je ne suis pourtant habituellement pas une grande adepte des livres qui touchent de trop près au sujet de la religion. Ils ne me plaisent tout simplement pas, je n’adhère pas (rien à voir avec le sujet en soi, mais plutôt avec la manière dont il est généralement traité).

      Pourtant, nier que les romans de Paulo Coelho traitent de religion, ça ne me parait pas évident. Mais la manière dont il l’aborde, avec une ouverture d’esprit, un effacement des limites, donne à en déduire qu’il ne parle pas vraiment de religion, mais plus de spiritualité. Il faut mettre des mots sur les concepts, alors « religion » est le premier qui vient. Mais ici, plus que le rapport à Dieu, à la Divinité, à la vie après la mort, Paulo Coelho traite en réalité d’une religion qui englobe toutes les autres, même celles qui ne se nomment pas comme telles.

       Il nous parle ici de l’Amour avec un grand A. Et la place de cet amour dans nos vies, dans notre rapport aux autres, mais aussi à nous-même. Ce qui semble tourné vers une histoire autour de la religion, est en réalité une histoire d’amour, une histoire de seconde chance et de remise en question.

        Remise en question de soi, mais aussi de la société, et de ces lignes droites qui finissent par représenter les barreaux de la cage de notre vie. Pilar, la personne que l’on va suivre et voir évoluer et se découvrir tout du long, rentre dans le moule que la société a façonné pour elle. Elle fait des études pour obtenir un boulot derrière, qu’elle a choisi non par passion, mais parce que le secteur n’était pas encore bouché. Elle se cherche un gentil mari, avec qui elle aura des enfants. Bref, elle suit une voix toute tracée, elle fait ce que l’on attend d’elleParce que sortir des sentiers battus, c’est effrayant.

       Mais en retrouvant son ami d’enfance, tout est bouleversé, elle se remémore ses rêves, elle réalise que si sa vie lui apporte sécurité et confort, elle ne lui apporte pas le bonheur. Commence ensuite un combat avec elle-même, pour découvrir son vrai soi. Ce livre est une leçon de vie, comme, à mes yeux, tous les livres de Paulo Coelho (du moins ceux que j’ai lus, donc L’Alchimiste, La sorcière de Portobello et Le manuscrit retrouvé). Ce roman est donc à la fois une romance et un guide spirituel vers le dépassement de soi, le tout rédigé d’une belle écriture poétique et simple.

En bref : Une belle leçon de vie, un rappel qui tombe à point.

Extraits :

« Mais le premier alpiniste sentait ce qui était intéressant : accepter le défi, et aller de l’avant. Savoir qu’aucun jour n’est semblable à un autre, et que chaque matin comporte son miracle particulier, son moment magique, où de vieux univers s’écroulent et de nouvelles étoiles apparaissent. »

« – Ils sont comme les montagnes. Celles-ci sont belles. Qui arrive devant elles ne peut s’empêcher de penser à la grandeur de la création. […] Elles ne sont pas comme les rivières, qui se meuvent et transforment le paysage.
– C’est vrai. Mais pourquoi n’être pas comme les montagnes?
– Peut-être parce que le destin des montagnes doit être terrible. Elles sont obligées de contempler toujours le même paysage. »

« – L’amour demeure; ce sont les hommes qui changent. »

Bonne lecture!

Xoxo

Publicités

Un commentaire sur « Sur le bord de la rivière Piedra je me suis assise et j’ai pleuré »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s