Le tueur à la cravate

le tueur à la cravateRésumé : Grâce à quelques clics et une adresse mail bidon, Ruth Cassel a pu s’inscrire sur le site perdu-de-vue.com et y déposer une vieille photo de classe en noir et blanc trouvée dans les affaires de son père. La manip n’a qu’un seul but : l’aider à différencier les deux blondes aux yeux noisettes sur la photo, Marie-Eve et Eve-Marie, respectivement la mère de Ruth et sa soeur jumelle, décédées à vingt ans d’intervalle.
Très vite, comme s’ils avaient attendu ce signal, des anciens de la terminale C3 se manifestent. L’ex-beau gosse de la classe,une prof de philo à la retraite, une copine des jumelles, et en prime, un grand-père dont Ruth ne soupçonnait pas l’existence, s’empressent de répondre. Tout pourrait s’arrêter là… Mais la photo de classe a réveillé de terribles souvenirs. Les e-mails évoquent un meurtre commis l’année de la terminale, celui d’Eve-Marie. Ils parlent d’un étrangleur récidiviste, le Tueur à la cravate. Bien plus effrayant, ils mettent en cause l’une des personnes que Ruth aime le plus au monde, son propre père, Martin Cassel…

Auteur : Marie-Aude Murail

Mon avis : Me replonger dans la littérature jeunesse signée Marie-Aude Murail a eu plusieurs effets sur moi. Le premier, c’est que j’ai eu du mal à me plonger dans l’histoire. Les soixante premières pages tournent autour d’une adolescente de quatorze ans, qui ne me rappelle en rien celle que j’étais à son age. Du coup, aucune identification possible pour moi. Ensuite, la nostalgie est arrivée. Je me suis souvenue de cette moi à quatorze ans, justement, en train de dévorer tous les livres de cette auteure. Du coup j’ai poussé un peu plus loin ma lecture, et c’est là que le troisième effet m’a eue. 

     Passées ces soixante premières pages, on sort du côté ado en crise d’ado pour rentrer dans le thriller lui-même. Tous les éléments sont en place. L’enquête, les questionnements, les retournements de situations s’enchaînent. Et j’avoue n’avoir eu des doutes quant à l’identité du tueur que très tardivement dans ma lecture. Marie-Aude Murail a comme toujours très bien su amener les détails juste comme il fallait.

     Et puis j’avoue que j’ai adoré la style de Martin Cassel, sa répartie, sa manière de s’exprimer, son sarcasme… Ma manière de s’exprimer préférée! Ca rattrape le langage sms de sa fille…

     Je ressors de ce livre assez impressionnée. En effet, je lis peu de romans policiers, ce n’est pas mon genre préféré. Mais souvent, j’ai mes doutes sur le coupable assez vite. Ici, dans un roman tout de même destiné à un public adolescent (ce que je ne suis plus censée être depuis un bon bout de temps!) je ne le devine qu’arrivée à la fin. Et clairement, juste quand l’auteure veut qu’on le comprenne! Elle m’a bien menée en bateau, et j’ai adoré ça. Me voilà réconciliée avec le genre.

En bref : un bon thriller jeunesse, mené du bout de la plume parfaite de mon auteure jeunesse préférée, qui bien que plutôt dédié à un jeune public, peut tout de même plaire à tous!

Extraits :

« – Si tu adores les PetShops, un jour, tu te prosterneras devant le veau d’or.
– Mais je peux les avoir ou pas ?
– Non. Je ne veux pas d’un veau d’or dans mon salon.
– Papaaa, trépigna Bethsabée. »

« – Bonjour, monsieur Cassel, le salua la gardienne de l’immeuble qui frottait le trottoir avec un lave-pont.
– Vous faites le trottoir de bonne heure, madame Dupont, remarqua Martin de son ton le plus irréprochable.
– C’est que c’est plein de mégots et de cacas de chiens!
-C’est ce que je dis toujours: les chiens fument trop. Bonne journée, madame Dupont. »

« Pendant cette passe d’armes entre la fillette et son père, Ruth avait étudié Matin du coin de l’œil. Il se tenait toujours très droit, une habitude prise de bonne heure pour ne pas perde un centimètre en face de son père qui était très grand. Il parlait d’un ton uniforme, qu’il dise vrai ou faux, qu’il plaisante ou soit sérieux. »

Bonne lecture!

Xoxo

Publicités

2 commentaires sur « Le tueur à la cravate »

    1. J’adore cette auteure, j’ai lu pratiquement tous ses livres depuis mes 12-13 ans, et c’est elle qui a contribué à me rendre complètement accro à la lecture ^^ Et aujourd’hui encore, je continue d’apprécier ce qu’elle fait, il n’y a vraiment pas d’age pour la littérature jeunesse ^^ Si tu te laisses tenter, je te souhaite de bons moments =) Et je te conseillerais bien de commencer par la série des Nils Hazard dont le 1er tome est Dinky Rouge Sang =)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s