Stardust

stardust---le-mystere-de-l-etoile-762038Résumé : D’un côté, il y a Wall, paisible village niché au sein d’une calme forêt anglaise. De l’autre, le Pays des Fées, univers d’enchantements, de sorcières, de licornes et de princes sanguinaires. Entre les deux, il y a le Mur, l’infranchissable et épaisse muraille qui ceint le hameau et le sépare de Féerie. Infranchissable? Pas tout à fait, puisque tous les neuf ans s’ouvre la Foire des Fées qui, durant un jour et une nuit, permet aux deux mondes de se rencontrer. Dans certaines circonstances, cependant, attendre si longtemps pour pénétrer en Féerie est impossible. Car quand on s’appelle Tristan Thorn et que l’on a promis à sa belle l’étoile filante tombée du firmament de l’autre côté du Mur, aucun obstacle ne saurait s’élever contre l’amour…

Auteur : Neil Gaiman

     Je crois que je n’avais pas lu la quatrième de couverture (ou alors il y a si longtemps que je ne m’en souvenais pas) quand ma sœur me l’a prêté. Je me suis fiée à son avis qui disait que c’était exactement le genre de livre qui me plairait. Ma sœur me connait bien.

stardust---le-mystere-de-l-etoile-3931303     Mais du fait de ne pas du tout savoir à quoi m’attendre quant à l’intrigue, j’ai eu du mal à rentrer dans la première partie du livre. En effet, ces chapitres sont là pour mettre en place le récit, ils sont un peu un épilogue. Du coup, moi je pensais être directement dans le vif du sujet et ça allait à la fois trop vite et trop lentement pour moi. C’est quand j’ai compris que la véritable histoire ne démarrait qu’après deux ou trois chapitres que j’ai pu commencer à apprécier ma lecture.

     Pour ce qui est du style d’écriture, j’ai adoré. Neil Gaiman fait preuve d’une utilisation extrême de la virgule! Etant moi-même une fervente utilisatrice de cette ponctuation, j’ai aimé lire un compatriote adepte de la virgule! Ses tournures de phrase sont plus longues que ce que je trouve dans mes lectures récemment, et ça correspond plus à ce que j’avais l’habitude de lire quand je me suis lancée dans la Fantasy.

    La mise en page par contre m’a un peu moins plu. Les transitions de lieu et de personnages n’étaient pas claires, on ne trouve pas de démarcation, de saut de paragraphe, et cela a perturbé quelque peu ma lecture, puisque je me suis retrouvée à devoir relire des paragraphes entiers parce que je n’avais pas saisi.

bookmark    Ainsi, j’ai lu les premiers chapitres très lentement, entre autres à cause de ce problème de paragraphes. La mise en place m’a semblé un peu longue, et dans le même temps j’ai adoré faire la découverte de ce monde féerique tel que je les aime. C’est donc une lecture que j’ai étalée sur pas mal de temps. Mais arrivée à la moitié du livre, d’une on connait tous les personnages et les différentes situations évoluant en parallèle, donc le passage de l’une à l’autre est plus aisé, et de deux, le rythme change, l’histoire prend une autre tournure, et on arrive dans la deuxième grande phase du récit. Cette phase rapproche inexorablement de la fin, on le sent, et en même temps il reste encore beaucoup de choses qui doivent se passer.

     Si certains éléments étaient téléphonés, il y a tout de même eu la place pour des retournements de situations inattendus.

    Ici, on côtoie des personnages qui s’ils ne sont pas forcément attachants, voire intéressants lors de leur introduction, puis ont une évolution qui fait que l’on en vient à les apprécier et à les soutenir. L’appréciation des personnages et de la lecture évolue sur du positif, de l’agréable.

En bref : Un roman fantastique dans les règles de l’art qui vous transportera au Pays des Fées, et vous rappellera que les contes de fées s’adressent aussi aux adultes.
Pendant ce temps-là, je m’en vais voir le film dont on m’a dit le plus grand bien!

Extraits :

« Si on t’d’mande d’où tu viens, tu pourrais dire « De derrière moi » et si on t’d’mande où tu vas, tu pourrais dire « Devant moi ». »

« […] C’est à elle et à elle seule que j’ai donné mon cœur. Son visagebookmarke the moon&you est…
– Deux yeux? Un nez? Une bouche? Et tout l’toutim?
– Evidemment.
– Bon, ben, tu peux sauter l’couplet. On f’ra comme si tu l’avais déjà chanté. […] »

« Combien de lieues, jusqu’à Babylone?
Trois bonn’vingtaine, mon capitaine.
Une seule bougie, pour y aller,
Est-ce que tu crois que c’est assez?
Pour y aller, oui ça suffit
Et pour en revenir aussi?
Oui, si vos pieds sont prestes et lestes,
Une seule bougie et fi du reste.« 

Bonne lecture! Et n’oubliez pas de croire aux fées! (Sinon elles se meurent, là-bas au Pays Imaginaire… T-T)

Xoxo

Publicités

2 commentaires sur « Stardust »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s