Did I Mention I Love You?

Tome 1 de D.I.M.I.L.Y, de Estelle Maskame

DIMILYRésumé :

  Eden, 16 ans, va passer l’été dans la nouvelle famille de son père, à Santa Monica, en Californie. Il vient de refaire sa vie, ce qui signifie qu’Eden a trois nouveaux demi-frères. Le plus âgé, Tyler, est un vrai bad-boy : séducteur, égocentrique, violent …
Mais Eden décèle en lui une grande fragilité, conséquence d’un lourd passé. Fascinée, elle ne peut s’empêcher de succomber au charme de la seule personne qui lui est pourtant défendue : son demi-frère.

Mon avis : 

    Alors, au premier abord, le résumé ne paye vraiment pas de mine. Hormis la dernière phrase, le résumé fait extrêmement cliché. Si la série n’avait pas été un tel phénomène, ce livre n’aurait jamais atterri dans ma PAL. Non seulement pour la première partie du résumé qui ne m’attire absolument pas, mais aussi, justement pour la dernière phrase qui apporte un peu d’originalité. C’est ça qui sort le synopsis de la banalité.
    Et voilà la première pensée qui m’est venue à l’esprit :

jaime and cersei lannister

    Certes la situation n’est pas du tout la même, mais je n’ai pas pu m’en empêcher, mon cerveau a tout de suite associé le thème aux jumeaux Lannister! C’est ça aussi d’être complètement conditionnée par Game Of Thrones

    Ce n’est pas un thème qui me plaît honnêtement, ce dernier aurait au contraire tendance à m’éloigner. Le sujet me met mal à l’aise, le voir aborder comme si c’était normal ou acceptable ne me plaît pas. Au lycée j’avais lu un manga, Angel Sanctuary, qui traitait du sujet, et j’avais trouvé ça tellement bizarre et contre nature que j’avais abandonné après deux ou trois tomes.

    Mais en fait ici la situation est totalement différente. Cette gêne que je m’attendais à ressentir n’est pas apparue parce qu’elle n’a pas sa place. Eden et Tyler n’ont aucun lien de sang et ils n’ont pas grandi ensemble puisqu’ils viennent tout juste de se rencontrer. Ils n’ont de ce fait rien d’un frère et une soeur, rien d’une famille.

    Et leur relation, leurs sentiments sont amenés petit à petit. On est dans une situation d’amour interdit.

   Eden se découvre subitement une nouvelle famille, elle doit gérer les complications d’avoir une famille recomposée, s’habituer à sa belle-mère, apprendre à connaître ses demi-frères, accepter le retour de son père dans sa vie… Ca fait beaucoup pour une adolescente. Rajoutez à ça un premier amour sur fond Hollywoodien, premier amour qui ne peut faire face au regard des autres, et vous obtenez l’été d’Eden.

     Je ne m’attendais pas à aimer ce livre honnêtement. J’avais tort. Certes les clichés sont là, mais pas à outrance. Et les personnages sont bien décrits. On suit le point de vue d’Eden, et vu qu’elle est intriguée par Tyler, on apprend avec elle à le connaître, à aller au delà de l’apparence, à voir au delà d’un adolescent bagarreur qui veut se faire remarquer par son sale caractère et son addiction à la drogue. Il est plus que ça, bien entendu, et si l’auteur nous montre comment il en est arrivé là, elle ne justifie pas son problème. Bien au contraire, grâce au point de vue d’Eden, elle montre à quel point c’est stupide et dangereux d’en arriver là, de se réfugier dans la drogue et la délinquance pour échapper à son passé.

En bref : 

   J’ai été positivement surprise. Là où je m’attendais à une suite de clichés, et l’acceptation de situations à mes yeux anormales, j’ai trouvé dans ce roman un point de vue totalement différent, et intelligent. Sans être un coup de coeur, j’ai tout de même hâte de retrouver Eden et Tyler pour le tome 2.

Extraits : 

« – Pourquoi c’est tendu ?
– Parce qu’il est con, je finis par répondre.
C’est la vérité : mon père est un con.
– Il est con de nous avoir laissées. Il est con de ne jamais appeler. Il est con parce qu’il est con.
– Je vois. »

« – J’aimerais bien ! C’est super bizarre ici.
– Bizarre comme de rencontrer ta nouvelle belle-mère ?
– Pas aussi bizarre. Elle est sympa ? C’est pas une marâtre horrible à la Cendrillon ? Et tes demi-frères ? Tu es déjà de corvée de baby-sitting ?
Si seulement elle savait… c’est tout le contraire. »

« Elle m’adresse un sourire triste. J’ai toujours trouvé ça bizarre, les gens qui sourient alors qu’ils sont tristes. Un sourire triste ça n’existe pas, c’est juste un sourire courageux. »

Bonne lecture!

Xoxo

 

Publicités

2 commentaires sur « Did I Mention I Love You? »

    1. Je ne pensais pas aimer non plus au début, mais en fait ça se lit plutôt bien, sans être de la grande littérature non plus… En lecture sur la plage, l’été, en vacances c’est vraiment pas mal!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s